Précis grammatical

N.B.: Notez que dans la version bretonne de ce petit précis grammatical, chaque mot suivi d'un astérisque, comme ceci « exemple* », est retrouvable dans un petit vocabulaire en fin du petit précis.

I. Catégories

En breton, on fait la différence entre les verbes réguliers, semi-réguliers et irréguliers. Leurs infinitifs ne permet pas toujours de les différencier.

I.1. Les verbes réguliers

I.1.1. Petite définition

Les verbes réguliers sont… réguliers ! Cela veut tout simplement dire qu'ils utilisent toujours le même fonctionnement pour être conjugués, c'est pourquoi on les appelle verbes réguliers.

Afin de conjuguer un verbe régulier, prenez l'infinitif, enlevez lui sa terminaison verbale - s'il en à une, puisqu'il n'en à pas toujours - ajoutez-lui la terminaison verbale du temps et de la personne que vous souhaitez, et voilà !

Ex. Debr (manger, ...)→ S1, présent : debran ((je) mange)

Ex. Kemer (prendre, ...) → S1, présent : kemeran ((je) prends)

I.1.2. Quelques informations à savoir sur les verbes réguliers

a. Les nouveaux verbes qui apparaissent dans toutes langues ont tendances à suivre le système des verbes réguliers.

b. Les enfants ont une tendance naturelle à régulariser tous les verbes lorsqu'ils apprennent à parler. Les personnes qui apprennent une nouvelle langue en font de même.

c. D'une manière assez naturelle, on peut voir apparaître des systèmes pour régulariser les verbes irréguliers lorsque leurs systèmes de conjugaisons sont trop compliqués.

I.2. Les verbes semi-réguliers

Les verbes semi-réguliers sont des verbes qui sont réguliers de « moitié ». C'est-à-dire que leurs radicaux ou bases verbales sont irrégulières et que leurs terminaisons verbales sont régulières (si ce n'est un verbe ou deux).

Ex. Sevel (lever, ...) → dont le radical est « sav » → ce qui donne au S1 Savan (le même radical pour toutes les personnes, pour tous les temps, participe passé ou adjectif verbal, ainsi qu'à l'impératif mais il est irrégulier car il est impossible de le deviner depuis son infinitif)

Ex. Le verbe « donet » (venir, ...) en GW (Vannetais), et en KLT (Cornouaillais, Léonard, Trégorois) « dont ». En GW on utilisera le radical « da- » tandis qu'en KLT « deu- ». La conjugaison en elle-même est très régulière !

Ex. Les verbes en « -a » ou en « -aat ». Il est possible de les conjuger comme des verbes réguliers depuis un radical en « -a » ou comme des verbes irréguliers. En ce qui concerne la conjugaison irrégulière, on n'utilise le radical en « -a » seulement en S2 présent, S2 à la forme impérative, participe passé, et parfois seulement en S3 au futur. Pour les autres personnes on utilise le radical sans « -a ».

Ex. Les verbes en « -liiñ »/« -liañ » ; « -niiñ »/« -niañ » ; « -ial », « -iat », « -iout », « -iiñ », « -iañ » (sans « -liiñ », « -liañ », « -niiñ », « -niañ ») sont irréguliers en KLT, et réguliers en GW. Dans la conjugaison irrégulière, on n'utilise seulement le radical régulier (kuzuli-, koani-, sturi-) devant les terminaisons commençant par une voyelle autre que « -i ». Les radicaux adaptés (kuzuilh-, koagn-, stur-) sont utilisés quant à eux devant les terminaisons commençant par « -i » lorsqu'il n'y à aucune terminaison (S3 présent, S2 à l'impératif).

 

I.3. Les verbes irréguliers

Les verbes irréguliers sont assez différents, car ils contiennent plus d'exceptions. On trouvera toutefois toujours la même logique : ainsi S1 finira toujours par « -n », P1 par « -mp », P2 par « -t » ou « -c'h », P3 par « -nt », le participe passé par « -et », la terminaison « -it » pour P2 à l'impératif, etc.

Il n'y à que quatre verbes irréguliers, et parmis eux les auxilliaires :

II. Variantes de l'infinitif

Cela peut être surprenant mais en breton il est possible qu'il y ait plus d'une façon d'écrire l'infinitif :

  • Les verbes ayant la terminaison « -añ » en KLT sont écrit en « -iñ » en GW (Ex. kanañ > kaniñ (chanter, ...)), mais certains verbes ayant la terminaison « -iñ » en KLT sont aussi écrit « -iñ » e n GW (Ex. debriñ (manger, ...)) ;

  • Les verbes ayant la terminaison « -out » en KLT sont la plupart du temps écrit « -et » en GW (Ex. degouezhout > degouezhet (arriver, ...))

  • Les verbes ayant la terminaison « -eiñ » ou encore « -eriñ » en KLT sont écrit « -oiñ » ou « -oriñ » en GW (Ex. roiñ (donner, ...), digoriñ (ouvrir, ...))

  • Il est possible d'avoir plusieurs formes à un verbe donné dans un même dialecte (Ex. kanal et kan (chanter, ...).

II. Les terminaisons des infinitifs

Les terminaisons suivantes sont rangées de la plus fréquente à la plus rare :

« -iñ »/« -añ » (2/3 des verbes !)

« -aat »

« -at »

« -a »

« -iiñ », « -iañ »

« -al »

autres terminaisons ou pas de terminaison

« -out »

« -niiñ », « -niiañ »

« -liiñ », « -liañ »

« -el »

« -iat »

« -ial »

« -et »

« -iout »

« -in »

IV. Vocabulaire

La liste de mot du vocabulaire est rangée par ordre alphabétique. Les entrées du vocabulaire sont en breton puis vient la traduction dans la langue de l'article.

Adstumm : variante

Amreizh : semi-régulier

Amzer-vremañ : présent

Anv-gwan-verb : participe passé

Anv-verb : infinitif

Dibenn : terminaison

Direizh : irrégulier

Displegadur : conjugaison

Doare gourc'hemenn : impératif

Gour : personne

L, Liester : pluriel

L3, Liester, trivet gour : troisième personne du pluriel

Pennrann : radical

Reizh : régulier

U, Unander : singulier

U1, Unander, kentañ gour : première personne du singulier

Urzh al lizherennoù : ordre alphabétique

Verb : verbe

Verb skoazell : auxiliaire